Donne-moi à boire

Un lieu de partage pour approfondir les textes du jour que nous proposent la liturgie.
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quête de la grâce

Aller en bas 
AuteurMessage
Stéphane

Stéphane

Messages : 3608
Date d'inscription : 02/02/2009
Age : 62
Localisation : Tournai (Belgique)

MessageSujet: Quête de la grâce   Ven 21 Déc - 16:47

Lecture du premier livre de Samuel
En ces jours-là, lorsque Samuel fut sevré, Anne, sa mère, le conduisit à la maison du Seigneur, à Silo;l’enfant était encore tout jeune. Anne avait pris avec elle un taureau de trois ans, un sac de farine et une outre de vin.  On offrit le taureau en sacrifice, et on amena l’enfant au prêtre Éli  Anne lui dit alors : « Écoute-moi, mon seigneur, je t’en prie ! Aussi vrai que tu es vivant, je suis cette femme qui se tenait ici près de toi pour prier le Seigneur.   C’est pour obtenir cet enfant que je priais, et le Seigneur me l’a donné en réponse à ma demande.  À mon tour je le donne au Seigneur pour qu’il en dispose. Il demeurera à la disposition du Seigneur tous les jours de sa vie. »Alors ils se prosternèrent devant le Seigneur.



(1 S 2, 1, 4-5ab, 6-7, 8abcd)

R/ Mon cœur exulte à cause du Seigneur :
c'est lui qui me sauve. (cf. 1 S 2, 1a)
Mon cœur exulte à cause du Seigneur ;
mon front s’est relevé grâce à mon Dieu !
Face à mes ennemis, s’ouvre ma bouche :
oui, je me réjouis de ton salut !

L’arc des forts est brisé,
mais le faible se revêt de vigueur.
Les plus comblés s’embauchent pour du pain,
et les affamés se reposent.

Le Seigneur fait mourir et vivre ;
il fait descendre à l’abîme et en ramène.
Le Seigneur rend pauvre et riche ;
il abaisse et il élève.

De la poussière il relève le faible,
il retire le malheureux de la cendre
pour qu’il siège parmi les princes
et reçoive un trône de gloire.




Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
En ce temps-là, Marie rendit grâce au Seigneur  en disant : « Mon âme exalte le Seigneur,  exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Il s’est penché sur son humble servante; désormais tous les âges me diront bienheureuse.  Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.  Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.  Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais.»     Marie resta avec Élisabeth environ trois mois,

puis elle s’en retourna chez elle.




          – Cy Aelf,  Paris



Quel est le don que nous pourrions faire au Seigneur qui puisse  correspondre au don qu'Il fit  de lui-même, pour nous sauver ?  S'il est possible de "rendre" quelque chose au Seigneur qui s'est lui-même donné pour notre salut ? Cela semble impossible, mais cependant tous les convertis et les saints de toutes les générations se sont sentis comme soulagés du poids des choses de ce monde. Nombreux sont les convertis qui se sont exclamés:"Seigneur, laisse-moi mourir de suite, afin que cette Joie de la conversion ne me quitte jamais plus ?  Les grands convertis, les hommes comme les femmes ont un unique désir: celui de mourir de suite afin de garder cette joie de la conversion ! Mais à défaut de pouvoir - dans l'instant - être réunis au chœur des  saintes et des saints, ils vont s'efforcer de lutter pour se convertir - encore et encore.



Pourrions-nous à la manière du bienheureux Charles de Foucault, nous retirer dans le désert, et loin de nous-mêmes - afin de demeurer dans la Joie de la conversion ?  Les saintes et les saints ayant été touchés par la grâce divine, n'ont jamais eu de cesse de vivre et revivre l'instant de la rencontre avec le Seigneur. Ce sont des privilégies de la miséricorde et de la grâce ...  mais qui ne cessent pas de se sentir trop "lourd" sur la terre. Leur désir est de se purifier plus encore et de reconnaître le Seigneur dans l'humilité manifestée par les âmes simples ...



Les conversions font des âmes, à partir d'un seul "événement spirituel", des hommes et des femmes qui désirent tout quitter - afin que la grâce reçue demeure vivante en eux, de bout en bout, juste qu'au dernier jour et au dernier souffle !  Puissions-nous continuer d'avancer dans le mystère de la foi  et l'accomplissement de la grâce reçue  !








Mon Père
je me remets entre Vos mains ;
je m'abandonne à Vous, je me confie à Vous.

Faites de moi tout ce qu'il Vous plaira ;
quoi que Vous fassiez de moi,
Je Vous remercie.

Je suis prêt à tout, j'accepte tout.
Pourvu que Votre volonté se fasse en moi,
pourvu que Votre volonté se fasse en toutes vos créatures,
je ne désire rien d'autre, mon Dieu.

Je remets mon âme entre Vos mains ;
je Vous la donne, mon Dieu,
avec tout l'amour de mon cœur,
parce que je Vous aime,
et que ce m'est un besoin d'amour de me donner.

Je me remets entre Vos mains avec une infinie confiance, car Vous êtes mon Père.

.








.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Admin

Messages : 4148
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: Quête de la grâce   Sam 22 Déc - 5:44

Que donner en retour que nous ayons d'abord reçu, tout nous viens de Lui. Je suis peut être comme d'autres qui n'ont pas de souvenir de conversion fulgurante, mais qui un jour ont décidé de faire quelque chose pour leur foi, alors que dans la tiédeur de l'adolescence, et vivant un rejet généralisé,, je réalise que j'ai Dieu, pour moi, mais il me mets devant une terrible réalité, qu'Il ne peut tolérer la tiédeur. (Apocalypse) Cette prise de conscience m'a fait suivre mon frère dans le renouveau charismatique. Bon ça a rien changé au rejet que je vivait, mais ça m'a donné une présence plus chaleureuse du Seigneur dans ma vie, plus réconfortante. Bref dans tout ça j'ai jamais eu l'impression de lui donner quelque chose. C'est Lui qui me donne, et c'est cette pauvreté qui m'est donné de vivre, et même si celle ci a dû changer, c'est elle qui a fait que je me suis rattachée au Seigneur., et qui m'a donné de continuer à le faire.. Bon assurément il doit y avoir un désir du don, mais bon on est tous différent , et même deux pied pareils, I.e. appartenant à la même personne, le sont. Il y a le droit, et le gauche , chacun a sa place., et mal aisé serait qu'il prenne la place de l'autre. Tout le monde a bien essayé de mettre ses chaussures à l'envers, ça nous en donne bien une bonne idée.. Bon là dessus je vais bien perdu mon idée, et je peux difficilement me relire, mes lettre trop petites, j'y reviendrai peut être. As je crois que l'essentiel peu importe qu'on est l'impression de tout recevoir de Lui, par sa seule pré ce, on se ramasse dans un mouvement de don, comme l'eau qui tombe de la roue à aube la fait remonter, de même que le vent dans l'éolienne la fait tourner, ainsi ce n'est pas ce dernier qui rend quelque chose car si l'élément ne serait pas présent il serait inerte. Bon mon exemple est bien imparfait, puisque l'humain reste volontaire et n'est pas inerte, mais bon, c'est l'image que j'avais.

Envoyé depuis l'appli Topic'it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://donnemoiaboirejn47.forumactif.com
 
Quête de la grâce
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Donne-moi à boire :: La table de la Parole :: Partage des textes du jour-
Sauter vers: