Donne-moi à boire

Un lieu de partage pour approfondir les textes du jour que nous proposent la liturgie.
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il nous faut guérir de l'infidélité

Aller en bas 
AuteurMessage
Stéphane

avatar

Messages : 3455
Date d'inscription : 02/02/2009
Age : 62
Localisation : Tournai (Belgique)

MessageSujet: Il nous faut guérir de l'infidélité   Lun 10 Sep - 5:35

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens
Frères,  on entend dire partout qu’il y a chez vous un cas d’inconduite, une inconduite telle qu’on n’en voit même pas chez les païens : il s’agit d’un homme qui vit avec la femme de son père.  Et, malgré cela, vous êtes gonflés d’orgueil au lieu d’en pleurer et de chasser de votre communauté celui qui commet cet acte.   Quant à moi, qui suis absent de corps mais présent d’esprit, j’ai déjà jugé, comme si j’étais présent, l’homme qui agit de la sorte : au nom du Seigneur Jésus, lors d’une réunion où je serai spirituellement avec vous, dans la puissance de notre Seigneur Jésus,  il faut livrer cet individu au pouvoir de Satan, pour la perdition de son être de chair ; ainsi, son esprit pourra être sauvé au jour du Seigneur.  Vraiment, vous n’avez pas de quoi être fiers : ne savez-vous pas qu’un peu de levain suffit pour que fermente toute la pâte ?
Purifiez-vous donc des vieux ferments, et vous serez une pâte nouvelle, vous qui êtes le pain de la Pâque, celui qui n’a pas fermenté. Car notre agneau pascal a été immolé : c’est le Christ. Ainsi, célébrons la Fête,
non pas avec de vieux ferments, non pas avec ceux de la perversité et du vice, mais avec du pain non fermenté, celui de la droiture et de la vérité
.

(Ps 5, 2-3, 5-6ab, 6c-7, 12)
R/ Seigneur, que ta justice me conduise. (Ps 5, 9a)
Tu n’es pas un Dieu ami du mal,
chez toi, le méchant n’est pas reçu.
Non, l’insensé ne tient pas
devant ton regard.

Tu détestes tous les malfaisants,
tu extermines les menteurs ;
l’homme de ruse et de sang,
le Seigneur le hait.

Allégresse pour qui s’abrite en toi,
joie éternelle !
Tu les protèges, pour toi ils exultent,
ceux qui aiment ton nom.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
Un jour de sabbat, Jésus était entré dans la synagogue et enseignait. Il y avait là un homme dont la main droite était desséchée. Les scribes et les pharisiens observaient Jésus pour voir s’il ferait une guérison le jour du sabbat ; ils auraient ainsi un motif pour l’accuser.  Mais lui connaissait leurs raisonnements, et il dit à l’homme qui avait la main desséchée : « Lève-toi, et tiens-toi debout, là au milieu. » L’homme se dressa et se tint debout.  Jésus leur dit : « Je vous le demande : Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal ? de sauver une vie ou de la perdre ? »  Alors, promenant son regard sur eux tous, il dit à l’homme : « Étends la main. » Il le fit, et sa main redevint normale. Quant à eux, ils furent remplis de fureur et ils discutaient entre eux sur ce qu’ils feraient à Jésus.


.

Les lectures de ce matin sont intéressantes à de nombreux points de vue.  Les Corinthiens se voient jugés par saint Paul pour avoir accepté au culte un homme adultère et d'une forme quasi incestueuses. Mais qui, de l'incestueux ou des autres protagonistes de l'affaire sont-il les plus coupables ?  A la vérité, tous sont coupables de la même faute : l'hypocrisie.  A l'écoute de l'homélie du jour, je me suis souvenu d'un épisode vécu.  Avec le fils d'un voisin, je servais à l'autel chaque dimanche.  Mais un jour, nous avons, tous deux ensemble, décidé de renfoncer à cet engagement.  La raison de cette démission, de l'ami Philippe et moi-même,  fut d'avoir assisté durant la Consécration à des œillades complices entre un homme et une femme dont les conjoints respectifs ne se doutaient aucunement ... Nous n'étions que des enfants, mais clairement, nous avions perçu  perçu comme un reniement complet de la foi - celle que l'on venait de nous faire connaître.  Ce fut un malheur quasi enfantin, lequel m'avait poussé à m'écrier : "Quand je serai grand, je veux être le plus dur !"  

Intimement, j'avais découvert "le péché du monde" et cette découverte douloureuse  m'a poursuivi jusqu'à l'âge adulte, puisque j'ai finalement choisi, après quelques tentatives de vie de couple,  de ne pas songer au mariage. Les aventures sentimentales sont une chose, mais les engagements non tenus sont pires encore.

Et, j'ai préféré le célibat. Quant à mon "confrère-acolyte, beaucoup plus intelligent que je puis être, il est devenu un chimiste, chef d'entreprise, riche au point de ne plus me le saluer ... les rares fois où nous nous sommes revus... les thérapeutes psychiatres ont bien raison de "fouiller" le passé de leur patients. Mais les sacrements, avec l'examen de conscience et l'absolution , sont très efficaces et ne coûtent rien que de se reconnaître tous pécheurs...



.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Il nous faut guérir de l'infidélité
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Infidélité, cause de perdition (Saint Augustin)
» LES DÉFENSES DE LA FOI CONTRE L'INFIDÉLITÉ
» L'infidélité, une valeur revendiquée ?
» L'infidélité
» Les ENTP et l'infidélité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Donne-moi à boire :: La table de la Parole :: Partage des textes du jour-
Sauter vers: