Donne-moi à boire

Un lieu de partage pour approfondir les textes du jour que nous proposent la liturgie.
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La foi vérifiée par le feu

Aller en bas 
AuteurMessage
Stéphane

avatar

Messages : 3503
Date d'inscription : 02/02/2009
Age : 62
Localisation : Tournai (Belgique)

MessageSujet: La foi vérifiée par le feu   Jeu 16 Aoû - 7:16

Lecture du livre du prophète Ézékiel
La parole du Seigneur me fut adressée:  « Fils d’homme, tu habites au milieu d’une engeance de rebelles ; ils ont des yeux pour voir, et ne voient pas ; des oreilles pour entendre, et n’entendent pas, car c’est une engeance de rebelles. Toi, fils d’homme, prépare-toi un sac d’exilé ; sous leurs yeux, pars en plein jour, comme un exilé ; sous leurs yeux, pars de ta maison vers un autre lieu ; peut-être verront-ils qu’ils sont une engeance de rebelles. Tu sortiras ton sac, comme un sac d’exilé, en plein jour, sous leurs yeux. Toi-même, tu sortiras le soir, sous leurs yeux, comme s’en vont les exilés.  Sous leurs yeux, tu feras un trou dans le mur, et tu sortiras par là. Sous leurs yeux, tu chargeras ton sac sur ton épaule, et tu le sortiras dans l’obscurité ; tu voileras ton visage, et tu ne verras plus le pays : j’ai fait de toi un signe pour la maison d’Israël. » Je fis ce qui m’avait été ordonné : en plein jour, je sortis mon sac, comme un sac d’exilé ; puis le soir, je fis un trou dans le mur, à la main ; je sortis mon sac dans l’obscurité, et sous leurs yeux je le chargeai sur mon épaule.  Au matin, la parole du Seigneur me fut adressée : « Fils d’homme, la maison d’Israël, cette engeance de rebelles, t’a bien demandé: “Qu’est-ce que tu fais là?”  Réponds : “Ainsi parle le Seigneur : Cet oracle concerne le prince qui est à Jérusalem et toute la maison d’Israël qui s’y trouve.” Tu diras : “Je suis pour vous un signe. Ce que j’ai fait, c’est cela même qui leur sera fait : ils partiront en exil, en captivité ;  le prince qui est au milieu d’eux chargera son sac sur son épaule, il sortira dans l’obscurité ; on percera le mur pour le faire sortir il voilera son visage, si bien qu’il ne verra plus de ses yeux le pays.” »

     
(Ps 77 (78), 56-57, 58-59, 61-62)
R/ N’oubliez pas les exploits du Seigneur ! (cf. Ps 77, 7b)
Nos pères ont tenté le Dieu Très-Haut,
ils refusaient d’observer ses lois ;
ils déviaient comme leurs pères, ils désertaient,
trahissaient comme un arc infidèle.

Leurs hauts lieux le provoquaient,
leurs idoles excitaient sa jalousie.
Dieu a entendu, il s’emporte,
il écarte tout à fait Israël.

Il laisse capturer sa gloire,
et sa puissance par des mains ennemies.
Il livre son peuple à l’épée,
contre son héritage, il s’emporte.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
En ce temps-là, Pierre s’approcha de Jésus pour lui demander : « Seigneur, lorsque mon frère commettra des fautes contre moi,
combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? » Jésus lui répondit : « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à 70 fois sept fois. Ainsi, le royaume des Cieux est comparable à un roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs.  Il commençait, quand on lui amena quelqu’un qui lui devait dix mille talents (c’est-à-dire soixante millions de pièces d’argent).  Comme cet homme n’avait pas de quoi rembourser, le maître ordonna de le vendre, avec sa femme, ses enfants et tous ses biens, en remboursement de sa dette.  Alors, tombant à ses pieds, le serviteur demeurait prosterné et disait : “Prends patience envers moi, et je te rembourserai tout.”  Saisi de compassion, le maître de ce serviteur le laissa partir et lui remit sa dette.  Mais, en sortant, ce serviteur trouva un de ses compagnons qui lui devait cent pièces d’argent. Il se jeta sur lui pour l’étrangler, en disant : “Rembourse ta dette !”    Alors, tombant à ses pieds, son compagnon le suppliait : “Prends patience envers moi, et je te rembourserai.”    Mais l’autre refusa et le fit jeter en prison jusqu’à ce qu’il ait remboursé ce qu’il devait.  Ses compagnons, voyant cela, furent profondément attristés et allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé.  Alors celui-ci le fit appeler et lui dit : “Serviteur mauvais ! je t’avais remis toute cette dette parce que tu m’avais supplié.  Ne devais-tu pas, à ton tour, avoir pitié de ton compagnon, comme moi-même j’avais eu pitié de toi ?”  Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il eût remboursé tout ce qu’il devait. C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond du cœur. » Lorsque Jésus eut terminé ce discours, il s’éloigna de la Galilée et se rendit dans le territoire de la Judée,
au-delà du Jourdain.


           Cy Aelf, Paris

Toute faute est comptée en vue d'être sanctionnée - et tout méfait caché au prochain est, tôt ou tard exposée à la connaissance de tous. Ils sont nombreux les puissants de ce monde qui savent comment instaurer de nouvelles taxes - mais du fait qu'on ne peut aller jusqu'à presser une pierre pour en faire jaillir de l'eau, les gouvernements se retrouvent souvent contraints de promettre l'immunité totale. Mais tout à l'inverse, on taxera un petit commerçant d'un "net à payer" de plus de onze mille euros, pour un gain total estimé arbitrairement à plus de trente mille euros!  L'homme qui a reçu cette "invitation à payer" a dû entreprendre une démarche longue démarche de réclamation qui traîna près de deux années. t-il des "signes extérieurs de richesse" ?  Pas l'ombre d'un seul. Pas de propriété : ni maison, ni appartement. Pas de véhicule de transports d'objets - mais une exonération de TVA de obtenue trois ans plus tôt - et de la même administration !  La réclamation a été reconnue "fondée" et au bout de deux années de menaces, de convocations sans motif, de visite domiciliaires, d'évaluation des stocks... le montant total fut "adjugé" à 300 euros.  On croyait l'affaire définitivement classée, il fallut encore convaincre l'organisme de l'Office National de Sécurité Sociale (ONSS), qu'il fallait - non pas rembourser les montants contestés, mais de les reporter sur les cotisations annuelles en vue d'obtenir la pension de retraite.  

Une fois l'affaire réglée intervint finalement une période d'examens cliniques en vue de venir à bout d'un état dépressif profond ayant entraîné un trouble de la vision périphérique. (plus de conduite automobile)... La justice des hommes déçoit toujours, tandis que l'épreuve élève tout homme qui fut abaissé...

L’Évangile  de ce  jour m'a permis de revenir sur des souffrances morales qui auraient pu me conduire en soins psychiatriques dont je ne veux pas. Ma grâce te suffit, dit le Seigneur.



.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La foi vérifiée par le feu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Est-ce que le caractère anonyme des copies est vérifié?
» Partager son estomac en trois : nourriture, boisson et air..
» recevoir la lettre "Soezie" le pain,gaufres, crêpes... (vérifié!)
» Problème d'échantillonnage de X
» vérification des dossiers postbac

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Donne-moi à boire :: La table de la Parole :: Partage des textes du jour-
Sauter vers: