Donne-moi à boire

Un lieu de partage pour approfondir les textes du jour que nous proposent la liturgie.
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comment s'

Aller en bas 
AuteurMessage
Stéphane

avatar

Messages : 3419
Date d'inscription : 02/02/2009
Age : 62
Localisation : Tournai (Belgique)

MessageSujet: Comment s'   Mer 1 Aoû - 4:40

Lecture du livre du prophète Jérémie
C’est pour mon malheur, ô ma mère, que tu m’as enfanté, homme de querelle et de dispute pour tout le pays. Je ne suis le créancier ni le débiteur de personne, et pourtant tout le monde me maudit !  Seigneur, quand je rencontrais tes paroles, je les dévorais ; elles faisaient ma joie, les délices de mon cœur, parce que ton nom était invoqué sur moi, Seigneur, Dieu de l’univers.   Jamais je ne me suis assis dans le cercle des moqueurs pour m’y divertir;  sous le poids de ta main, je me suis assis à l’écart, parce que tu m’as rempli d’indignation. Pourquoi ma souffrance est-elle sans fin, ma blessure, incurable, refusant la guérison ? Serais-tu pour moi un mirage, comme une eau incertaine ?  Voilà pourquoi, ainsi parle le Seigneur : « Si tu reviens, si je te fais revenir, tu reprendras ton service devant moi. Si tu sépares ce qui est précieux de ce qui est méprisable, tu seras comme ma propre bouche. C’est eux qui reviendront vers toi, et non pas toi qui reviendras vers eux. Je fais de toi pour ce peuple un rempart de bronze infranchissable ; ils te combattront, mais ils ne pourront rien contre toi, car je suis avec toi pour te sauver et te délivrer – oracle du Seigneur.  Je te délivrerai de la main des méchants, je t’affranchirai de la poigne des puissants. »
     
(Ps 58 (59), 2-3, 4-5ab, 10-11, 17, 18)
R/ Dieu, mon rempart au temps de la détresse ! (cf. Ps 58, 17)
Délivre-moi de mes ennemis, mon Dieu ;
de mes agresseurs, protège-moi.
Délivre-moi des hommes criminels ;
des meurtriers, sauve-moi.

Voici qu’on me prépare une embuscade :
des puissants se jettent sur moi.
Je n’ai commis ni faute, ni péché, ni le mal, Seigneur,
pourtant ils accourent et s’installent.

Auprès de toi, ma forteresse, je veille ;
oui, mon rempart, c’est Dieu !
Le Dieu de mon amour vient à moi :
avec lui je défie mes adversaires.

Et moi, je chanterai ta force,
au matin j’acclamerai ton amour.
Tu as été pour moi un rempart,
un refuge au temps de ma détresse.

Je te fêterai, toi, ma forteresse :
oui, mon rempart, c’est Dieu,
le Dieu de mon amour.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
En ce temps-là, Jésus disait aux foules:  « Le royaume des Cieux est comparable à un trésor caché dans un champ ; l’homme qui l’a découvert le cache de nouveau. Dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète ce champ. Ou encore : Le royaume des Cieux est comparable à un négociant qui recherche des perles fines.  Ayant trouvé une perle de grande valeur, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète la perle. »


Cy Aelf, Paris


Vous tous qui êtes sur le chemin de la conversion, laquelle conduit à la Joie, prenez bien garde à votre ennemi qui flaire et cherche les âmes et les esprits.  Ne vous confiez pas aux hommes raisonnables, remettez en question les solutions qui paraissaient toutes simples, qui vous suggéraient : "Il n' y a qu'à !...  Cette suggestion vient de l'Adversaire qui est toujours prompt à se ruer sur les âmes néophytes.

La conversion est une bonne chose en elle-même, mais la sincérité et la joie ne suffisent pas. Nombreux les hommes et les femmes qui reviennent au Seigneur dans la joie. Mais la joie ne demeure que si l'on se met en marche pour changer de vie en rejetant vivement tout ce qui est contraire à la vie. Celui qui était bon vivant et prolongeait la sortie du samedi jusqu'au petites heures, , commencera par y renoncer. Un autre qui était fumeur décidera de mettre fin à sa tabagie. Telle jeune femme qui prenait son plaisir à séduire sans aucunement chercher à fonder une famille, elle saisira en un instant combien elle a été futile et inconséquente.

Il y a plus encore. Rares sont celles et ceux qui se convertissent mais ne parviennent pas à cesser de fumer. Ce ne sont pourtant pas les méthodes qui manquent - mais qui ne font que prolonger indéfiniment l'accoutumance... N'est-ce pas typiquement le signe que l'on dans la tentation ? Celui qui écrit en a fait l'expérience: il a essayé toutes les méthodes sur le marché: chewing-gum à la nicotine, patch sur le bras, boissons vitaminées, course à pieds, inhalations, etc. Pour en finir, ayant il ne resta qu'une seule méthode, la seule qui a réussi : l’acceptation pure et simple. Accepter d'être malade et s'abandonner dans une confiance absolue. J'ai su au bout du troisième jour que j'avais été délivré - joie extraordinaire en ce jour-là - comme il m'eût été doux de mourir sur ce jour -là, le 13 mai 2004 !

Le Royaume est accessible dès ce monde a conclu notre prêtre mais ce sont les "violents de l'Amour" qui s'en emparent en premier !




.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Comment s'
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» comment cuisiner du tofu?
» comment en cas de crise se décontracter?
» Comment se regonfler le moral à bloc en 4 minutes chrono!
» Comment réagir face à une enfant émétophobe ?
» Paroles de chien: comment t'as pu?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Donne-moi à boire :: La table de la Parole :: Partage des textes du jour-
Sauter vers: