Donne-moi à boire

Un lieu de partage pour approfondir les textes du jour que nous proposent la liturgie.
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Justice ou miséricorde ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Stéphane

avatar

Messages : 3419
Date d'inscription : 02/02/2009
Age : 62
Localisation : Tournai (Belgique)

MessageSujet: Justice ou miséricorde ?   Lun 16 Juil - 3:30

Lecture du livre du prophète Isaïe
Écoutez la parole du Seigneur, vous qui êtes pareils aux chefs de Sodome ! Prêtez l’oreille à l’enseignement de notre Dieu, vous, peuple de Gomorrhe! Que m’importe le nombre de vos sacrifices? – dit le Seigneur. Les holocaustes de béliers, la graisse des veaux, j’en suis rassasié. Le sang des taureaux, des agneaux et des boucs, je n’y prends pas plaisir. Quand vous venez vous présenter devant ma face, qui vous demande de fouler mes parvis ? Cessez d’apporter de vaines offrandes; j’ai horreur de votre encens. Les nouvelles lunes, les sabbats, les assemblées, je n’en peux plus de ces crimes et de ces fêtes. Vos nouvelles lunes, vos solen- nités, moi, je les déteste:elles me sont un fardeau, je suis fatigué de le porter. Quand vous étendez les mains, je  détourne les yeux. Vous avez beau multiplier les prières, je n’écoute pas: vos mains sont pleines de sang. Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez de ma vue vos actions mauvaises, cessez de faire le mal, mais es apprenez à faire le bien: recherchez le droit,mettez au pas l’oppresseur, rendez justice à l’orphelin, défendez la cause de la veuve.

(Ps 49 (50), 8-9, 16bc-17, 21, 23)
« Je ne t’accuse pas pour tes sacrifices ;
tes holocaustes sont toujours devant moi.
Je ne prendrai pas un seul taureau de ton domaine,
pas un bélier de tes enclos.

Qu’as-tu à réciter mes lois,
à garder mon alliance à la bouche,
toi qui n’aimes pas les reproches
et rejettes loin de toi mes paroles ?

« Voilà ce que tu fais ;
garderai-je le silence ?
Penses-tu que je suis comme toi ?
Je mets cela sous tes yeux, et je t’accuse.

« Qui offre le sacrifice d’action de grâce,
celui-là me rend gloire :
sur le chemin qu’il aura pris,
je lui ferai voir le salut de Dieu. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres:  «Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre: je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. Oui, je suis venu séparer l’homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère: on aura pour ennemis les gens de sa propre maison.  Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. Qui a trouvé sa vie la perdra; qui a perdu sa vie à cause de moi la trouvera. Qui vous accueille, c'est moi qu'il m’accueille; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé.  Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète; qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste. Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche,à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, je vous le dis: non, il ne perdra pas sa récompense.» Lorsque Jésus eut terminé les instructions qu’il donnait à ses douze disciples, il partit de là pour enseigner et proclamer la Parole dans les villes du pays.

Cy Aelf, Paris

Tandis que l'homme prête attention aux événements, le Seigneur, quant à lui scrute les intentions et le mouvements intime des cœurs. De telle sorte sorte que la qualité de foi ne se mesure pas aux manifestations bruyantes, avec tambours et trompettes, mais bien aux mouvements intimes des cœurs. Et de comparer le défilé des supporter français sur les Champs-Elysées et le rassemblement tranquille de quarante mille personnes sur la grand-place de Bruxelles. Nombreux les téléspectateurs qui ont craint qu'un simple mouvement de foule - une dispute futile - aurait pu conduire à des explosions de violence. Mais tout s'est bien passé.

Sur base de cette simple comparaison, notre prêtre a fait l'éloge de la joie intime des fidèles sincères, laquelle ne se reconnait pas dans des manifestations bruyantes, mais dans une joie tranquille - une allégresse profonde qui illumine le regard et s'épanouit pleinement dans un simple sourire...

Une comparaison semblable est possible dans la mise en pratique de la foi: les femmes et les hommes qui ont bien saisi le message chrétien feront le bien non pas simplement en appliquant des règles de vie, mais encore : en se laissant guider par la foi qui les anime en profondeur. Les hommes sont pécheurs, aucun doute là-dessus, mais on a plus vite fait de rechercher la miséricorde dans nos cœurs plutôt qu'à réclamer la justice. Si nous choisissons d'agir selon la justice, alors nous jugeons comme nous serons nous-même jugés. Mais si c'est selon la miséricorde que nous agissons, c'est bel et bien selon la miséricorde que nous serons évalués tout à la fin... N'est-il pas habile devant - Dieu - l'homme qui, ayant vécu de rapines et d'escroqueries, se met soudainement à faire l'aumône afin que son avidité lui soit pardonnée ? Quant à ceux qui se déclarent eux-mêmes comme étant des justes, ils seront jugés et devront rendre des comptes précis dans leur "exercice de la justice. Des deux attitudes, laquelle choisirons nous ?



.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Justice ou miséricorde ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Justice et Miséricorde
» Citations sur la Miséricorde
» 17 - Le temps de la Miséricorde divine tire à sa fin pour laisser place à la Justice divine.
» LA MISÉRICORDE (extrait du Traité de la Charité, par Saint Thomas d'Aquin)
» L'heure de la Miséricorde Divine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Donne-moi à boire :: La table de la Parole :: Partage des textes du jour-
Sauter vers: