Donne-moi à boire

Un lieu de partage pour approfondir les textes du jour que nous proposent la liturgie.
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comme nous aussi nous remettons à ceux qui nous doivent

Aller en bas 
AuteurMessage
Stéphane

avatar

Messages : 3480
Date d'inscription : 02/02/2009
Age : 62
Localisation : Tournai (Belgique)

MessageSujet: Comme nous aussi nous remettons à ceux qui nous doivent   Mer 7 Mar - 3:02

Livre du Deutéronome 4,1.5-9.
Moïse disait au peuple : « Maintenant, Israël, écoute les décrets et les ordonnances que je vous enseigne pour que vous les mettiez en pratique. Ainsi vous vivrez, vous entrerez, pour en prendre possession, dans le pays que vous donne le Seigneur, le Dieu de vos pères. Voyez, je vous enseigne les décrets et les ordonnances que le Seigneur mon Dieu m’a donnés pour vous, afin que vous les mettiez en pratique dans le pays où vous allez entrer pour en prendre possession.
Vous les garderez, vous les mettrez en pratique ; ils seront votre sagesse et votre intelligence aux yeux de tous les peuples. Quand ceux-ci entendront parler de tous ces décrets, ils s’écrieront : “Il n’y a pas un peuple sage et intelligent comme cette grande nation !” Quelle est en effet la grande nation dont les dieux soient aussi proches que le Seigneur notre Dieu est proche de nous chaque fois que nous l’invoquons ? Et quelle est la grande nation dont les décrets et les ordonnances soient aussi justes que toute cette Loi que je vous donne aujourd’hui ? Mais prends garde à toi : garde-toi de jamais oublier ce que tes yeux ont vu ; ne le laisse pas sortir de ton cœur un seul jour. Enseigne-le à tes fils, et aux fils de tes fils. »


Psaume 147,12-13.15-16.19-20.
Glorifie le Seigneur, Jérusalem !
Célèbre ton Dieu, ô Sion !
Il a consolidé les barres de tes portes,
dans tes murs il a béni tes enfants.

Il envoie sa parole sur la terre :
rapide, son verbe la parcourt.
Il étale une toison de neige,
il sème une poussière de givre.

Il révèle sa parole à Jacob,
ses volontés et ses lois à Israël.
Pas un peuple qu'il ait ainsi traité ;
nul autre n'a connu ses volontés
.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5,17-19.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. »

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris

Du temps de Moïse et jusqu'à la venue du Sauveur, la loi était inscrite des tables de pierre, puis sur des parchemins afin qu'ils soient lus, expliqués et commentés par les prêtres, les lévites, les pharisiens qui furent, tour à tour, spécialises dans l'interprétation, l’enseignement,  l'actualisation lors de situations nouvelles, le strict respects préceptes découlant de la constante réactualisation des  ordonnances divines.  La nécessité d'autorités religieuses, dans le sens de garder vifs les commandements de Dieu, n'est contesté par personne.

N'avons-nous pas le catéchisme ? Nombreux parmi nous celles et ceux qui se souviennent de l'enseignement qu'ils ont reçu de la bouche d'un prêtre ou d'un vicaire; ils se rappellent  aussi  leur "communion solennelle", leur profession de foi et . Ce sont des situations et des événements dont beaucoup se souviennent. Et même s'ils ne sont guère pratiquants à l'Eglise, ils savent, et ils se  souviennent de l'enseignement reçu. La plupart d'entre nous sont des pécheurs convertis. Pas forcément par des événements frôlant le surnaturel, mais par une considération lucide quant à leur manière de vivre.

Le grand tort des pharisiens fut de s'instaurer eux-mêmes gardiens, surveillants et juges des paroles et des actions de leur prochain. Que les commandements soient rappelés en l'une ou l'autre occasion, c'est tout à fait normal. Mais la sanction n'appartient qu'à Dieu car Dieu seul peut susciter la conscience du mal accompli, le retour sur soi, la réflexion intime et la conversion finale.

On se demande parfois pourquoi Jésus, lorsqu'il guérit un malade, commence par dire: "Courage ! Tes péchés te sont remis". S'il en est ainsi, c'est que la plupart des pécheurs vivent, sans bien s'en rendre compte, sous le poids de fautes dont ils portent, seuls, la conscience.  Mais Jésus paraît Jésus paraît et rétablit la bonne compréhension des lois. La loi demeure qui est régénérée par les béatitudes : la religion des interdits est régénérée par l'amour chrétien. En ce temps de pénitence, le plus grand sacrifice que nous puissions accomplir, c'est de renoncer à nos droits pour afin de délivrer de nos jugements quiconque est notre débiteur: "Avant d'avoir recours aux sacrements, effacez donc toutes ces "ardoises" où vous gardez tout ce que les autres vous doivent ! Voici une conclusion très convaincante !!!

.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Comme nous aussi nous remettons à ceux qui nous doivent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé
» Nous sommes ceux que nous avons attendus
» Allons nous aussi pour mourir avec lui
» Une pensé pour tous ceux qu nous aimons et qui nous ont
» Priere pour ceux qui nous ont fait du mal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Donne-moi à boire :: La table de la Parole :: Partage des textes du jour-
Sauter vers: